ALEXANDRE NEVSKY.

....................Sommaire....................... ...............Forum............................. ................Sondage............................... ....................Nous contacter.....................

 

..............

 

I. Circonstance de composition.

De retour dans son pays natal devenu l'URSS (1933), Prokofiev va travailler avec le réalisateur Eisenstein. En 1938, cette colaboration donne Alexandre Nevski (hymne à Stalline), en 1944; Ivan le terrible.
Les deux filsm bien que parlant du passé de la Russie, parlent aussi du présent ; la préparation puis la fin de la seconde guerre mondiale. Les sujets traités ne sont pas seulement dictés par la vie politique mais aussi par la conscience d'un homme artiste et observateur des conflits mondiaux (exactement comme Stanley KUBRIK qui aborde les séquelles de la guerre et l'absurdité de la violence dans Orange mécanique).

II. Présentation de la musique de films.

Elle est évidemment liée à l'histoire du cinéma. Un orchestre, un pianiste, placé sous l'écran accompagnait le film muet mais la musique avait aussi la fonction de couvrir le bruit que faisait la caméra. Bien des compositeurs actuels écrivent de la musique à la commande du réalisateur.
( ex: Michel Legrand avec l'2té 42, les parapluies de Cherbourg / Ennio Morricone ; Il était une fois dans l'ouest, Sacco et Vanzetti, le Professionnel).
Il a des metteurs en scène qui utilisent des musiques plus anciennes et les adaptent à leur film.
(ex : Stanley KUBRIK utilise la Sarabande de Haëndel pour Orange Mécanique).

III. Alexandre Nevsky; l'oeuvre !

Alexandre Nevsky est une cantate en sept parties :

  1. La Prusse sous le joug mongol.
  2. Ode à Alexandre le Névien.
  3. Les croisés dans Psov.
  4. Debout peuple russe.
  5. La bataille sur la glace.
  6. Le champ des morts.
  7. L'entrée d'Alexandre dans Psov.

voir cours sur la cantate

En quoi cette cantate est-elle moderne ?

Cantate profane de grandes dimensions (7 parties); Alexandre Nevsky intègre l'histoire au temps présent. Le compositeur fait le lien entre la musique moderne européenne et la musique populaire russe. Prokofiev, adapte sa musique pour le film tout en composant une oeuvre à part entière. Fierté, vigueur et phrases de tendresse se cotoient dans un traitement de l'orchestre (de grande dimension avec exploitation des registres extrêmes) et des voix (épaisseur du choeur, nombreuses divisions de pupitres) au service de l'argument d'Eisenstein.

Dans cette oeuvre, nous pouvons noter l'utilisation de différentes méthodes comme :

  • les batteries des cordes : battement répété sur un même intervalle
  • l'utilisation du cor anglais : instrument à vent à anche double de registre inférieur d'une quinte à celui du hautbois.
  • Ostinato ; formule d'accompagnement répétée. Il peut s'agir d'un motif rythmique ou mélodique.
  • Accelerando : principe d'accélération progressif du tempo.
  • Tremolo : répétition rapide d'une même note.
  • Amplification orchestrale : l'orchestre s'épaissit par ajouts successifs de timbres.

IV. Etudes de plusieurs extraits.

EXTRAIT N°1 ; Ensemble peuple russe, aux armes ! (n°4).

Scénario :
A. Appel à la mobilisation du peuple
B. Affirmation de l'identité russe.
C. Mobilisation générale.
 

Introduction : unisson du choeur en syncope par piccolo, flûte, hautbois, cor anglais, 2 clarinettes, tymbales, cymbales.

A. Entrée des choeurs ( individus entrain de lutter, appel au combat )

Mi bémol Mageur fortissimo Allegro

Traitement du choeur :
- 1èrement : 4 voix mixtes,
- 2èmement : soprano, ténor,
- 3èmement : choeurs.
B. partie centrale rit allegro mp Ré Mageure
Affirmation de l'identité du peuple russe par les altos à l'unisson et les basses (même mélodie) ce qui donne de la force, une unité, un rassemblement.

A'. retour au thème : soprano/alto + basse se répondent puis soprano (mélodie gaie + xylophone) et altos/cheours en écriture vertical (scandée) sur le thème du départ.

CONCLUSION : Ecriture martelée, musique populaire smbolisant l'unité du peuple. Orchestration cuivrée pour exprimer la musique de pleine air.

EXTRAIT 2: La bataille sur la glace (n°5).

Conseil voir le film pour faire un rapport image-son.